Marc Naimark's writing and interviews _____________________________________________________

Mon samedi

Posted in Uncategorized by marcnaimark on 2015/01/24

xDSC_2065Matin, réunion de restitution sur le PLU au pavillon de l’Arsénal. Anne Hidalgo absente, c’est Jean-Louis Missika, adjoint chargé de l’urbanisme qui s’y colle. Je m’étonne du peu d’interventions des Parisiens lors de la consultation. Seulement 2000; dont la plupart ne concernaient pas le PLU. C’est vrai qu’en réunion de concertation et sur la plate-forme en ligne, des gens se foutaient royalement de la question du jour, à savoir le PLU, qui concerne avant tout l’utilisation du foncier privé, et non pas les travaux menés par la Ville, ni le fait qu’il s’agissait d’une modification et non d’une révision du PLU, ce qui exclue de droit certains changements comme les filets de hauteur. Grand flou sur les dispositifs qui vont remplacer le COS, et ma question sur le “bonus durable sur les travaux de surélévation pour créer de l’habitat” évoque par la Ville lors de cette réunion n’a pas eu de réponse. Ils ont l’air gênés de savoir comment faire sans COS, et je les comprends. C’était un outil puissant d’incitation.xDSC_2046

Des opposants politiques et associatifs ont bien entendu profité de l’occasion. L’élu a répondu tantôt efficacement, tantôt n’importe comment. Efficace, lorsqu’un associatif est revenu sur le long plaidoyer de Missika pour les travaux des amis de Christophe Girard pour la Samaritaine en disant que les 13 juges ne pouvaient pas avoir tort, Missika lui a rappelé fermement qu’il s’agissait d’une décision de seulement 7 juges sur les 13. Il a rappelé aussi que c’est une décision étrange et fort contestable. En revanche, son argument qu’il faut préserver l’harmonie, mais forcément la consonance, puisque la dissonance fait partie de l’harmonie, d’abord, je ne sais pas si c’est juste en termes musicologues, et de toute façon, ce n’est pas la musicologie qui déterminent l’urbanisme.

Surtout, il répond n’importe comment sur les opposants à la Tour Triangle, lorsqu’un opposant associatif constate qu’aucune demande de construction de tours ne figure dans les propositions des Parisiens. Missika répond que les arguments contre la Tour Triangle sont ceux contre la Tour Eiffel il y a plus de cent ans. Car tout bon Parisien doit adore la Tour Eiffel et avoir honte de se trouver dans la place de ses détracteurs. Or, la bonne comparaison n’est pas la Tour Eiffel (comme a dit mon voisin, combien de bureaux à la Tour Eiffel ?), mais la Tour Montparnasse, erreur historique, faute impardonnable, monstruosité amiantée sans style qui dénature depuis bientôt 50 ans le paysage parisien. Comme ont constaté les Parisiens, la Capitale est déjà l’une des villes les plus denses au monde, sans avoir besoin de tours.

xDSC_2048Jean-François Legaret, maire UMP du 1er arrondissement, est présent pour déblatérer. Il est débile profond. Il demande à ce que la Ville de Paris n’utilise plus les mots “logement social”, car ça fait peur aux Parisiens. C’est sans doute vrai pour les Parisiens des arrondissements UMP, mais ce n’est pas tant les mots qui font peur, que les pauvres. Il propose le terme : “logements à loyer modéré” ou “contrôlé” ou que sais-je. Autant revenir aux HBM… ou HLM. En tout cas, Missika lui rappelle qu’il s’agit d’un document réglementaire, et que les termes utilisés sont ceux du Code de l’urbanisme.

Ca me fatigue, je suis agaçé par mon voisin, qui s’habille en clodo mais qui semble être un militant vert, puisqu’un chargé de mission plutôt écolo vient le saluer. Il n’arrête pas de fourrer le doigt dans le nez. Je le fais aussi parfois. C’est dégeu. Faut vraiment que j’arrête. Surtout il crie au moment où quelqu’un parle de “Madame la Maire” pour dire que c’est “Madame LE Maire”. Je lui réponds : “Non, Mme Hidalgo est une femme. C’est Madame LA Maire”. Il répond à son tour : “Non, c’est ‘le maire’, c’est une fonction”. Je lui retoque : “Comme Madame LA Directrice, non ?” Il s’étouffe, essaie de dire que parfois oui. “Oui, quand c’est une fonction subalterne comme directrice d’école, là la langue française s’accommode du féminin. Mais pour des postes à responsabilité, non. Va tais-toi vieux schnook.”

Bon…fbprofileDSC_2071

Je marche sous un beau soleil jusqu’aux Bernardins, où je vais assister à un après midi de la Semaine du Son consacré au silence. Je n’avais jamais été dans les étages des Bernardins, c’est beau, mais la gestion est approximative. On commencera avec un quart d’heure de retard. Le directeur de la Semaine réussit à m’agacer de go avec ses propos d’introduction. Il utilise le mot “background” en anglais. En l’occurrence, c’était pour parler d’un concept qui n’a pas de très bon équivalent en français (“nous avons tous des backgrounds différents”), donc l’utilisation de l’anglais ne me dérange pas tellement. Mais en revanche, il le prononce à l’américaine, comme font les Québecois lorsqu’ils utilisent de l’anglais, en insistant horriblement fort sur ce qu’ils croient être une prononciation américaine. Le gars qui fait le discours officiel, un ancien journaliste, utilise aussi le mot “background”, mais pour le “fond sonore”, donc aucune excuse. Il va aussi utiliser le mot “gap”. Il m’agace.

xDSC_2092Ca se confirme lorsqu’il affirme que la télépathie existe, puisqu’on peut regarder avec insistance une femme de l’autre côté de la rue qui nous tourne le dos et elle va finir à la longue par se retourner pour voir “qui la regarde”. Euh, non. Menteur et connard. Il poursuit en bavant en bon fétichiste sur les cultures asiatiques qui comprennent mieux le silence que nous pôvs Occidentaux. J’étais ravi lorsqu’il a déclaré que suite aux attentats, la consommation d’antianxiolytiques aurait augmenté de 20%, et un membre du public a hurlé que c’était faux, que ça avait été démenti par toute la presse, et que l’augmentation est saisonnière, sans rapport aux attentats. Le mec essaie de se rattraper en disant que de toute façon les Français consomment beaucoup d’antianxiolytiques, et que si seulement ils se laissaient aller aux philosophies orientales, tout irait bien. Argh.

xDSC_2079Première table ronde. Un architecte acousticien expert à la Cour de cassation parle d’un cas précis de nuisance, qui renforce le message du tribun qui est passé modérateur que le véritable bruit ne vient pas de l’extérieur, mais de nous mêmes, et que le silence extérieur ne fait que renforcer l’impression de bruit intérieur. Une archi parle du couvent construit par Le Corbusier. Ca va, mais je ne suis pas convaincu qu’on doive parler “du silence du ciel” du fait de la construction du déambulatoire sur le toit, entouré de murs. Les murs ne créent pas le silence, sauf à étendre le mot “silence” au visuel.

xDSC_2119Une médecin exerçant dans les prisons, par ailleurs religieuse de l’ordre dominicain, me pousse au bout en parlant de Jesus comme le verbe. C’est sans doute normal, on est aux Bernardins, il faut du catho, mais bon. Je file à l’anglaise avant l’intervention de la psychanalyste. En gros, chaque corps de métier va nous parler de son silence. Je rate donc l’intermède musical, et le concert qui terminera la journée, mais j’en avais un peu marre, et je voulais resortir me promener pour profiter du beau temps.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: